LE PERMIS COTIER

LE PERMIS COTIER

Tout navigateur en mer d’un bateau de plaisance à moteur d’une puissance supérieure à 4,5 kW ou 6 CV à l’obligation de détenir soit un permis option côtière ou hauturière. Découvrez les questions les plus posées et leurs réponses sur le permis côtier.

NAVIGATION AUTORISEE AVEC LE PERMIS COTIER

Il permet une navigation en mer de jour comme de nuit jusqu’à 6 miles d’un abri (à 12 km environ d’un point d’accostage ou mouillage sécurisé) et l’utilisation de la VHF sur les eaux territoriales de la France. L’option côtière permet de naviguer sans limite de jauge et de puissance.

S’INSCRIRE AU PERMIS PLAISANCE OPTION COTIERE

Le candidat doit avoir au minimum 16 ans. Il doit passer une épreuve théorique et des exercices pratiques en mer. A son inscription, on lui remet un livret d’apprentissage doté d’un numéro personnel d’identification. Il est obligatoire et permet à l’examinateur et au candidat de suivre son évolution sur les aptitudes à atteindre tout au long de la formation. En savoir plus sur la constitution du dossier administratif de candidature au permis bateau, découvrez aussi où passer votre permis bateau en Bretagne ?

LE CODE DU PERMIS BATEAU

Sous la surveillance d’un examinateur, vous devrez répondre à 30 questions à choix multiples ou QCM. L’examen dure 30 minutes et vous avez 20 secondes par question. Les questions sont basées sur le programme officiel du code permis côtier. Pour réussir vous devrez faire au maximum 5 fautes. Cet examen est valide 18 mois. Passez ce délai, vous devrez le repasser.

Le programme du code bateau :

  • le balisage
  • l’initiation au balisage de région « B »
  • la carte marine
  • les signaux sonores et lumineux
  • règles de barre et de route
  • les feux et marques des navires
  • les règles de navigation et de sécurité
  • la météo
  • la protection de l’environnement
  • les loisirs nautiques
  • les notions d’autonomie en matière de carburant
  • la VHF

Détails de l’arrêté novembre 2007 sur la programmation

Les questions que vous retrouverez lors de l’épreuve sont toutes basées sur ces thèmes. Entrainez-vous dans les mêmes conditions qu’à l’examen avec les questions à choix multiple en série et aléatoire en ligne. Testez gratuitement les QCM du code permis côtier.

LA FORMATION PRATIQUE DE NAVIGATION EN MER

L’apprentissage pratique est préparé obligatoirement dans un établissement agréé par la préfecture. Il est au minimum de 3 h 30 (1 h 30 collective et 2 heures par élève). Le candidat aux épreuves pratiques sera évalué par le formateur sur 18 objectifs de la formation regroupés en 5 thématiques. Le formateur devra à chaque cours retranscrire le niveau d’aptitude de son élève sur ces objectifs sur le livret personnel. Achetez le livret d’apprentissage Rousseau en ligne.

EPREUVES PRATIQUES DU PERMIS COTIER

Les exercices de sécurité en mer

L’utilisation d’une brassière de sauvetage

Vous devrez lors de cet épreuve, vérifier que la brassière sélectionnée s’adapte à la navigation et à la morphologie de chaque passager du bateau.

L’utilisation d’un feu automatique à main

Avant de commencer, lisez attentivement la notice d’utilisation du feu à main.
Protégez-vous d’un gant ou d’un linge mouillé avant de le tenir fermement par sa poignée.
Vérifiez la direction du vent et tendez le bras à l’extérieur du bateau sous le vent.
Simulez la mise en marche en actionnant le mécanisme de mise à feu.

L’utilisation d’un extincteur

Au début de l’exercice, lisez attentivement le mode d’emploi sur l’appareil.
Dirigez le jet à la base du feu et réglez le débit (n’oubliez pas c’est une simulation !)

L’appareillage

Départ d’un accostage

Il se fait toujours en arrière. Dès que les amarres sont larguées, Embrayez lentement en avant et dirigez la barre vers le ponton pour bien écarter l’arrière du bateau du quai. Lorsque l’embarcation s’approche, prête à heurter le quai, dirigez la barre vers le large et embrayez en arrière lentement.
Dès que le bateau est bien dégagé du quai, embrayez en avant.

Départ d’un corps-mort

Larguer les amarres, embrayez en arrière pour vous dégager du corps-mort.

La navigation en mer

Le parcours

Il faut naviguer avec précaution. N’oubliez pas que dans la zone portuaire et dans la bande littorale des 300 mètres, la vitesse du bateau est limité à 5 noeuds (sauf réglementation locale). Au large, on peut naviguer sans limitation de vitesse tout en respectant les règles de la navigation en mer. Attention, renseignez-vous sur les réglementations locales qui peuvent modifier les limitations de vitesse dans certaines baies, golfes ou archipels.

Casser son erre

Pour réussir cette manoeuvre vous devez réduire les gaz, débrayez et ensuite embrayez en marche arrière pour enfin remettre les gaz. Attention, n’embrayez pas trop fort pour éviter de partir en arrière. Vérifiez que l’exercice peut se faire sans aucun danger ni pour les passagers, ni pour les bateaux que pourriez croiser.

Prendre et tenir cap au compas

Prenez le cap en tournant la barre dans sa direction, ensuite pour éviter que le bateau continue sur son inertie il faudra anticiper le redressement de la barre. Garder le cap avec quelques petites corrections sur la barre pour maintenir votre route contre vent et courant.

Maintenir un alignement

L’alignement est un tracé virtuel entre deux repères visuels (amers) comme une bouée, un phare, une balise… Dirigez votre bateau sur cette ligne imaginaire pour repère l’un des amers se place ou cache le second. Cette manoeuvre de précision peut être demandé sur l’arrière ou l’avant.

 

DELIVRANCE DU PERMIS BATEAU OPTION COTIERE

Dans votre livret d’apprentissage, une attestation de réussite vous permet de naviguer et remplace le permis de plaisance provisoirement sur une durée de 30 jours. Le titre officiel vous sera remis par votre établissement de formation ou par la préfecture du département sur présentation de pièces justificatives.

 

L’ART. 1 ARRETE DU 13 JANVIER 2014.

Programme officiel du code permis option navigation côtière :

  • le balisage des côtes, le balisage des plages et les pictogrammes à l’exception des marques de musoir ;
  • l’initiation au système de balisage région  » B «  ;
  • les règles de barre et de route ;
  • les signaux : les signaux phoniques de manoeuvre et d’avertissement ; les signaux phoniques par visibilité réduite ; les signaux de détresse ; les signaux régissant le trafic portuaire ; les signaux météorologiques ;
  • les feux et marques des navires ;
  • les règles de navigation et de sécurité entre navires de plaisance et entre navires de plaisance et navires professionnels ; les catégories de conception des navires de plaisance marqués CE ; le nombre de personnes ou la charge embarquées ; les limitations de la navigation (zones interdites, limitations de vitesse, signalisation des plongeurs sous-marins et distance de sécurité, zones de conchyliculture) ; la conduite en visibilité restreinte ; le matériel d’armement et de sécurité des navires de plaisance de la catégorie côtière et ses compléments ainsi que les pièces administratives à posséder à bord ;
  • la réglementation relative au titre de conduite des bateaux de plaisance à moteur ;
  • connaissances élémentaires du service mobile maritime, du système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMSDM) et du bon usage d’une station radioélectrique fonctionnant dans la gamme des ondes métriques (VHF) : fréquences, voies, alphabet phonétique et notions de langue anglaise de base pour son utilisation ; Maritime Mobile Service Identity (numéro MMSI) et appel sélectif numérique (ASN), zones du système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMDSM) ; communications liées à la détresse et à la sécurité, protection des fréquences de détresse ; l’organisation du sauvetage en mer ;
  • les règles de la pratique du ski nautique et des engins tractés ; la responsabilité du chef de bord et ses conséquences juridiques ; les bonnes réactions du chef de bord en cas de danger grave ou de détresse lors de la navigation ;
  • des notions d’autonomie en matière de carburant ;
  • la protection de l’environnement : les rejets, l’équipement sanitaire des navires habitables, les peintures antisalissures ; la protection de la ressource halieutique : interdiction de vente, de colportage et d’achat du poisson provenant de la pêche de loisir, réglementation de la pêche sous-marine, protection de la faune et de la flore ;
  • la météorologie : savoir se procurer les prévisions ; connaître l’échelle anémométrique Beaufort et l’état de la mer ;
  • l’initiation à la lecture d’une carte marine : connaissance des symboles élémentaires, notions élémentaires sur la marée et ses conséquences sur la navigation ;
  • les règles d’utilisation des écluses gardées ou automatiques.

LES 18 OBJECTIFS DE LA FORMATION PRATIQUE DU PERMIS DE PLAISANCE
Article Annexe 1 de l’arrêté du 28 septembre 2007

Thème 1 : La sécurité du plaisancier

Objectif n° 1 : assurer la sécurité individuelle

– être capable de choisir la brassière adaptée aux types de navigation ;
– être capable de mettre et d’ajuster les différents types de brassières en fonction de la morphologie des personnes, les enfants en particulier ;
– être capable de contrôler la conformité et l’état d’usure de la brassière.

Objectif n° 2 : assurer la sécurité collective

– être capable d’expliquer l’utilisation des matériels suivants :
bouée avec feu à retournement, miroir de signalisation, dispositif de pompage, gaffe, dispositif de remorquage, corne de brume ;
– être capable d’expliquer l’utilisation des matériels suivants :
extincteur, dispositif de sonde, dispositif d’obturation de la coque, boîte de secours, dispositif coupe-circuit ;
– être capable de localiser sur un plan les points sensibles du bateau et de faire figurer sur ce plan les matériels de lutte contre l’incendie et les voies d’eau.

Objectif n° 3 : connaître les règles élémentaires de l’usage des moyens de communications embarqués

– être capable de présenter les limites du téléphone portable ;
– être capable de présenter l’intérêt d’utiliser une VHF ;
– être capable de passer un appel de détresse, d’urgence ou de sécurité.

Thème 2 : Les incontournables du plaisancier

Objectif n° 4 : décider de l’opportunité de la sortie en fonction d’un bulletin météorologique

– être capable de se procurer le bulletin météorologique pour une zone de navigation définie par le formateur ;
– être capable d’identifier les informations météorologiques susceptibles d’influencer la navigation.

Objectif n° 5 : respecter le balisage et identifier les obstacles sur une zone de navigation

– être capable de reconnaître le balisage par rapport à la route tracée par le formateur ;
– être capable d’identifier les principaux dangers dans le choix d’une route tracée par le formateur ;
– être capable d’adapter sa trajectoire en fonction des obstacles et des balisages identifiés.

Thème 3 : Les responsabilités du plaisancier

Objectif n° 6 : être responsable de l’équipage et du bateau

– être capable de décrire les obligations principales du chef de bord ;
– être capable de citer les principales infractions relatives à la navigation et au navire et leurs conséquences.

Objectif n° 7 : utiliser à bon escient les moyens de détresse

– être capable de présenter succinctement le principe de base de l’assistance en mer : assistance aux personnes et assistance aux biens ;
– être capable de décrire les moyens humains et matériels susceptibles d’être engagés suite à un signal de détresse ;
– être capable d’appréhender les conséquences d’un déclenchement abusif d’un signal pyrotechnique de détresse.

Objectif n° 8 : respecter le milieu naturel

– être capable d’identifier les sources de pollution possibles à partir d’un bateau de plaisance et d’identifier les degrés et les délais de biodégradabilité ;
– être capable d’expliquer les conséquences d’un comportement irrespectueux de l’environnement ;
– être capable de participer à la préservation de l’environnement.

Thème 4 : La conduite du bateau

Objectif n° 9 : maîtriser la mise en route du moteur

– être capable de contrôler les points sensibles du moteur ;
– être capable de vérifier les niveaux ;
– être capable de démarrer en sécurité.

Objectif n° 10 : maîtriser la trajectoire

– être capable de tenir une ligne droite, de tourner en virage large puis en virage court ;
– être capable de faire demi-tour, de faire un tour complet des deux côtés ;
– être capable de suivre un cap compas et de le modifier à la demande du formateur.

Objectif n° 11 : maîtriser la vitesse

– être capable d’accélérer et de ralentir en sécurité ;
– être capable de consulter le répétiteur de vitesse et de réguler la vitesse à la demande du formateur ;
– être capable d’estimer une vitesse de 5 noeuds ou de 10 km/h.

Objectif n° 12 : maîtriser la propulsion

– être capable de couper puis de rétablir la propulsion en navigation ;
– être capable de casser l’erre du bateau ;
– être capable de battre en arrière en sécurité.

Objectif n° 13 : maîtriser la marche arrière

– être capable de diriger le bateau :
– être capable de réguler sa vitesse et de s’arrêter ;
– être capable de reculer en ligne droite.

Objectif n° 14 : maîtriser l’utilisation des alignements

– être capable de tenir un alignement par l’avant ;
– être capable de tenir un alignement par l’arrière ;
– être capable d’ouvrir ou de fermer un alignement.

Thème 5 : Les manoeuvres du bateau

Objectif n° 15 : arriver et partir d’un quai

– être capable d’amarrer le bateau ;
– être capable d’utiliser l’amarrage pour faciliter le départ et l’arrivée au quai ;
– être capable d’appareiller d’un quai en sécurité ;
– être capable d’accoster un quai en sécurité.

Objectif n° 16 : prendre un coffre

– être capable de réaliser une approche de coffre en fonction du vent et du courant ;
– être capable d’amarrer le bateau à un coffre ;
– être capable de quitter un coffre en sécurité.

Objectif n° 17 : mouiller/ancrer

– être capable de choisir une zone de mouillage ;
– être capable de préparer et de mouiller en sécurité sur la zone choisie par le formateur ;
– être capable de vérifier la tenue du mouillage par des alignements latéraux ;
– être capable de relever le mouillage en sécurité.

Objectif n° 18 : récupérer une personne tombée à l’eau

– être capable d’avertir l’équipage et de décrire la manoeuvre de récupération au formateur ;
– être capable de faire route de collision avec l’objet flottant jeté du bord ;
– être capable d’atteindre l’objet flottant en contrôlant l’erre, la position du bateau, la propulsion du moteur ;
– être capable de mettre en oeuvre le système de remontée à bord pour récupérer la personne tombée à l’eau.
Vous retrouverez ces thèmes en intégralité dans votre livret d’apprentissage du permis côtier.

Pour en savoir plus sur l’arrêté du 28 septembre 2007